Bayard, encore…

Le Plagiat par anticipation continue de susciter la réflexion… Voici un nouveau commentaire, tout en nuances, de Franc Shuerewegen sur Fabula intitulé « Aux grands hommes la patrie reconnaissante. La valeur littéraire selon Pierre Bayard ». J’attends votre prochain commentaire !

Lettres de « Poilus »

Voilà un drôle de roman, pas drôle du tout, Les Mariés de Verdun de Michel Courcelaud (2007, Ed. Lucien Souny)qui reprend de terribles lettres de Poilus qu’on a la chance de pouvoir lire dans la belle anthologie de J.P. Guéno et Y. Laplume sous le titre Paroles de Poilus (Radio France 1998, Librio). Mais comment peut-on relire ces lettres noyées dans un roman à l’eau de rose, sans s’inquiéter de ce qu’en auraient pensé les défunts Poilus ? Pourvu seulement qu’ils ne se retournent pas dans leur tombe ! Voilà, pour qui en aurait le temps, une piste de reflexion sur le droit moral (droit au respect de l’oeuvre). Donc, lisez plutôt les lettres des Poilus dans leur version originale chez Librio…

Plagiat par anticipation

26998
P. Bayard, qui cultive le paradoxe, érige en théorie le concept de « plagiat par anticipation » en poussant bien au-delà du canular ou de la provocation cette notion dont les Oulipiens ont la paternité. Vous pouvez lire mon compte rendu de cet ouvrage, récemment publié aux Editions de Minuit, sur le fabuleux site Fabula, rendez-vous de tous les chercheurs en littérature et en sciences humaines…