Shakespeare or not Shakespeare ?

A propos de logiciel de détection de plagiat, voici une nouvelle performance de « Plagiarism », d’après le journal en ligne 20minutes.fr. Je cite :  » Le professeur de littérature Sir Brian Vickers, qui officie à l’Université de Londres, a expliqué au Times que le logiciel (nommé Pl@giarism) a été utilisé pour confronter les écrits authentifiés de Shakespeare avec le texte du Règne d’Edouard III. Près de 200 chaînes de trois ou quatre mots ressemblant aux précédents textes du dramaturge. «Avec cette méthode, on démasque la manière dont les auteurs utilisent et réutilisent les mêmes phrases et métaphores, comme les morceaux d’un patchwork», décrypte le professeur. Selon Brian Vickers, environ 60% du Règne d’Edouard III auraient probablement été écrits par Thomas Kyd; les 40% restants par Shakespeare.  »
Statistiquement, le repérage de « 200 chaînes de trois ou quatre mots » identiques est troublant. Mais on aimerait aller plus loin dans l’analyse textuelle informatisée avec une approche plus qualitative. Peut-être aurons-nous de nouvelles pistes d’investigation lors de nos journées d’étude organisées les 10 et 11 décembre prochains à l’Université de Tours sur « Le style et sa modélisation ». Ouvert à tous !