Bientôt l’heure des bilans


Les fins d’année incitent aux bilans et l’actualité sur le plagiat mérite un arrêt sur image pour ce cru 2011 qui marque un tournant : la médiatisation de plusieurs affaires retentissantes révèle une plus grande sensibilité aux questions de déontologie. Trop, c’est trop, et les journalistes se sont désormais emparés du sujet, plus armés pour comparer les textes et parfaitement conscients que le phénomène n’est pas une simple affaire d’amour propre blessé. Que veut -on offrir aux lecteurs ? du recyclage passif et commercialement rentable ou du bel ouvrage mûri au gré de l’imagination et de la créativité ?

Marion Cocquet dresse un tableau des remous en eaux troubles pour 2011 dans Le Point.fr et Frédéric Valandré, dans Enquête et débat.fr, lit à son tour Du plagiat, tout en apportant sa contribution à la collection des larcins remarquables.

Toujours du nouveau sous le soleil

9782221102152
Jules et Edmond de Goncourt dans leur Journal (Mémoires de la vie littéraire, vol. II, 1866-1886, coll. « Bouquins », Robert Laffont, 1956, p. 1077), sont d’ardents défenseurs de la création littéraire, convaincus que rien, ni les oeuvres passées, ni les prédécesseurs de génie, ne peuvent compromettre la possibilité de nouvelles créations originales :

« On déclare péremptoirement que tout en littérature a déjà été fait par un autre, que rien n’est neuf, qu’il n’y a pas de trouveurs. Ils ne veulent pas, ces bons journalistes – et cela avec une colère presque enfantine -, ils ne veulent pas de génies et d’esprits originaux. Ils sont tous prêts à déclarer que la COMEDIE de Balzac est un plagiat de l’ODYSSEE, et que tous les mots de Chamfort ont dû être dits par Adam dans le paradis terrestre. »