Le plagiat de la rentrée

L’année dernière, à la même date, on s’était ému de l’affaire, pas très glorieuse, du « plagiat psychique », invoquée par Camille Laurens. Cette année, c’est plus sérieux, plus troublant : Jean-François Bernardini, l’auteur-compositeur du groupe corse I Muvrini, est assigné pour contrefaçon par une de ses admiratrices, Marie-Paule Pereney, qui semble avoir contribué à un bon nombre de ses chansons et livres, sans que son nom ne soit clairement cité. Par la même occasion, certains lecteurs et journalistes ont remarqué des ressemblances avec des textes de la romancière Sylvie Germain. Je vous renvoie à l’article du Point pour vous faire votre propre idée sur la question. De mon côté, à lire les passages cités, je suis assez inquiète pour le chanteur corse… Mais le procès est ouvert… Affaire à suivre !