J’aimais bien Pierre Perret…

Franchement, quand l’affaire est sortie le 29 janvier 2009 dans le Nouvel Observateur, on pouvait espérer qu’elle en resterait là, comme une sorte de mauvais souvenir : le chanteur du « zizi » accusé d’avoir inventé sa relation privilégiée avec l’écrivain Paul Léautaud et même soupçonné d’avoir plagié Brassens et quelques autres… Un droit de réponse lui avait permis de plaider sa cause le 12 février dans le même journal. Mais aujourd’hui, on apprend que notre drôle de chanteur porte plainte pour « injures publiques et diffamation » devant le TGI de Paris. Je regrette une fois de plus -et je parle malheureusement en connaissnce de cause !- que ce genre de débat soit porté devant un tribunal, avec une issue bien aléatoire, tant ce genre d’affaire nécessite une enquête patiente et sereine qui relève plus de la critique littéraire -si, si…- et biographique. En attendant le verdict d’un procès qui va inévitablement cristalliser les haines, voici un assez bon résumé de l’affaire sur le site 20 minutes.fr. Et si l’affaire vous titille, prenez dans une main votre Perret, dans l’autre votre Brassens, et dîtes-moi lequel pèse le plus lourd dans la balance, à l’aune de la postérité littéraire. J’ai fait mon choix ! Dommage, j’aimais bien Pierre Perret…