GUTH, Paul, Moi, Ninon de Lenclos, courtisane, Albin Michel, 1991

< DUCHENE, Roger, Ninon de Lenclos, Fayard, 1984.

 

GUTH, Paul, Moi, Ninon de Lenclos, courtisane
DUCHENE, Roger, Ninon de Lenclos
Non content de tromper sa femme, il la sépara de ses enfants, lui confisqua ses biens et la tint enfermée dans un couvent pendant deux ans avant qu’on rendît enfin justice à l’épouse martyre. Elle retrouva sa dot et put vivre libre et heureuse dans son hôtel de la rue Neuve-des-Petits-Champs, où elle tint un des salons les plus brillants du siècle.
Séparée de ses enfants et privée de ses biens, sa femme fut même un temps enfermée dans un couvent. En 1667, un accord intervint entre les époux, et Mme de La Sablière rentra en possession de sa dot. Cela lui permit de vivre librement rue Neuve-des Petits-Champs et d’y tenir un cercle brillant.

 

On négocia entre éditeurs, sans passer par les tribunaux ; le plagié fut indemnisé et le livre retiré de la vente.