BEYALA, Calixthe, Assèze l’Africaine, J’ai lu, 1996

< CONSTANT, Paule, White Spirit, Folio, 1992.

 

Beyala, déjà en cause dans deux affaires de plagiat, persiste avec cet autre roman. Paule Constant se contentera de régler ses comptes avec sa plagiaire, dans son roman Confidence pour confidence, en mettant en scène un personnage étrangement ressemblant à sa consœur…

 

BEYALA, Calixthe, Assèze l’Africaine
CONSTANT, Paule, White Spirit
J’étais dans un paradis, et ce paradis avait le goût de l’Afrique de mon enfance. J’aurais pu déterminer sur une carte l’emplacement de mon village. Je revoyais l’arbre à palabres, énorme et rouge en saison sèche, vert et majestueux en saison de pluie. J’entendais les caquètements des poules qui grattaient la poussière, des gros lézards qui donnaient la chasse à leurs petites femelles.
Son paradis à lui avait un furieux goût d’enfance, il eût pu le déterminer sur une carte, exactement sous l’arbre à palabres du village, énorme et rouge comme une flamme pendant l’hivernage, étalé, vert et somptueux à la saison sèche, avec des poules qui grattaient la poussière et des lézards pulsateurs au torse jaune qui donnaient la chasse à leurs petites femelles grises.