Le plagiat dans la fiction

« Le thème du plagiat offre de multiples ressources à l’imagination de l’écrivain : de la ruse innocente au scandale, de l’énigme au règlement de compte, du canular à la crise d’identité, le thème du double volé comporte un bon nombre des ingrédients chers aux romanciers. Quelques récits, tissés dans le fil thématique du plagiat, ont retenu notre attention. (…) Plus qu’un motif littéraire, le plagiat est une opportunité idéale pour le romancier d’exprimer ses angoisses, ses hantises et ses hontes, de façon détournée. »  (Hélène Maurel-Indart, Du PlagiatGallimard, Folio Essais, 2011, p. 166-167) .

Voici la liste des récits, mais aussi des nouvelles, voire de pièces de théâtre, où le thème du plagiat occupe une place centrale ou, du moins, significative.
Vous serez surpris de la richesse de ce corpus qui révèle à quel point les écrivains sont fascinés par le thème du plagiat – manière peut-être d’exorciser le mal, en le tournant en dérision ou en exprimant tout le pathétique de l’impuissance créatrice par l’intermédiaire d’un personnage de plagiaire mis à distance comme un pare feu.

Y aurait-t-il des amateurs de bandes dessinées, parmi les curieux du plagiat ? En voici une, vraiment réussie :
GOFFIN, ebony porn Plagiat !, les Humanoïdes Associés, 1989.